Droits et démarches en ligne

Où refaire ses papiers ? Comment obtenir des aides publiques ? Auprès de quel organisme s’adresser ? Quels sont les horaires d’ouverture ?

La mairie vous propose les démarches administratives regroupées par thématiques avec près de 6 000 fiches d’informations, des questions/réponses, des formulaires officiels, des références légales, les liens directs vers les sites des institutions…

Question-réponse

Travailler après 67 ans : quelles conséquences pour la retraite ?

Vérifié le 20 mars 2019 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Vous pouvez continuer à travailler au-delà de l'âge ouvrant droit à pension de retraite à taux plein (fixée entre 65 et 67 ans selon votre année de naissance). Si vous percevez déjà vos pensions de retraite, vous pouvez travailler dans le cadre du dispositif du cumul emploi-retraite. Si vous n'êtes pas encore à la retraite, la poursuite d'une activité salariée vous permet d'accumuler des droits supplémentaires afin d'augmenter le montant de votre pension.

Pour augmenter le montant de votre future pension de retraite, vous pouvez bénéficier des dispositifs suivants, si vous en remplissez les conditions d'accès :

Vous pouvez augmenter votre durée d'assurance vieillesse si votre durée d'assurance, tous régimes de retraite de base confondus, est inférieure à la durée d'assurance nécessaire pour percevoir une pension à taux plein.

Cette durée d'assurance varie en fonction de votre âge, dans les conditions suivantes :

Durée d'assurance cotisée ouvrant droit à pension à taux plein

Année de naissance

Durée d'assurance (en trimestres)

1944

152

1945

154

1946

156

1947

158

1948

160

1949

161

1950

162

1951

163

1952

164

1953 - 1954

165

1955 - 1956 -1957

166

1958 - 1959 -1960

167

1961 - 1962 -1963

168

1964 - 1965 - 1966

169

1967 - 1968 - 1969

170

1970 - 1971 - 1972

171

1973 ou après

172

Votre durée d'assurance est majorée de 2,5 % par trimestre cotisé au-delà de l'âge ouvrant droit automatiquement à pension de retraite à taux plein dans la limite de la durée maximale d'assurance nécessaire pour percevoir une pension à taux plein.

Par exemple, un salarié né en 1953 bénéficie d'une retraite à taux plein (sans décote) :

  • à 66 ans et 2 mois,
  • ou s'il justifie de 165 trimestres.

Si à 66 ans et 2 mois, il ne justifie que de 140 trimestres et décide de travailler 1 an de plus, sa durée d'assurance est majorée de 10 % (4 trimestres x 2,5 %). Sa durée d'assurance est donc augmentée de 14 trimestres supplémentaires (140 x 10 %). Il part donc en retraite avec 154 trimestres.

 À noter

le calcul de la majoration est différent si vous avez cotisé au régime général de la Sécurité sociale, à la CMSA, à la Sécurité sociale des indépendants depuis 1973 ou à au moins 2 de ces régimes.

Vous pouvez augmenter le montant de votre pension :

  • si vous travaillez au-delà de l'âge ouvrant droit automatiquement à pension de retraite à taux plein,
  • et si vous totalisez, tous régimes de retraite de base confondus, la durée d'assurance vieillesse nécessaire pour percevoir une pension à taux plein.

L'âge et la durée d'assurance ouvrant à une pension à taux plein varient en fonction de votre année de naissance, dans les conditions suivantes :

Conditions pour l'attribution d'une retraite à taux plein automatique

Année de naissance

Âge de départ à la retraite

à taux plein automatique

Durée d'assurance requise pour

bénéficier d'une retraite à taux plein

1953

66 ans et 2 mois

165 trimestres (41 ans et 3 mois)

1954

66 ans et 7 mois

165 trimestres (41 ans et 3 mois)

1955 - 1956 - 1957

67 ans

166 trimestres (41 ans et 6 mois)

1958 - 1959 - 1960

67 ans

167 trimestres (41 ans et 9 mois).

1961 - 1962 - 1963

67 ans

168 trimestres (42 ans)

1964 - 1965 - 1966

67 ans

169 trimestres (42 ans et 3 mois)

1967- 1968 - 1969

67 ans

170 trimestres (42 ans et 6 mois)

1970 - 1971 - 1972

67 ans

171 trimestres (42 ans et 9 mois)

1973 et après

67 ans

172 trimestres (43 ans).

Chaque trimestre accompli ouvre droit à une majoration de 1,25 % (dans la limite de 4 trimestres par an).

Vous pouvez continuer à exercer une activité salariée dans le cadre du cumul emploi-retraite. Vos droits à la retraite évoluent en fonction de l'année au cours de laquelle vous avez liquidé votre retraite.

Les cotisations vieillesse versées dans le cadre de votre activité professionnelle ne vous permettent pas de bénéficier de nouveaux droits à la retraite (sauf si vous avez bénéficié d’une retraite progressive).

Si la caisse de retraite à laquelle vous cotisez est celle qui vous verse déjà votre retraite, ces nouvelles cotisations sont sans effet sur le montant de votre pension. Vous n'acquérez pas de nouveaux droits à pension auprès de cette caisse.

En revanche, si vous cotisez à une autre caisse de retraite que celle qui vous verse déjà votre pension, ces cotisations vous permettent d'acquérir des droits à pension auprès de cette autre caisse de retraite.

Pour en savoir plus