Le Moyen âge

L’histoire devient plus précise lors de la création des provinces d’Anjou, de Bretagne et du Poitou aux 9ème et 10ème siècles.

Mortagne devient en effet alors une ville clé chargée avec Mauléon, Tiffauges et Montaigu de contenir les prétentions du comte d’Anjou et du duc de Bretagne.

Mortagne est alors une sentinelle poitevine près des marches communes aux trois provinces.

Logiquement sont alors édifiés :

  • son château et sa ville fortifiée rayonnant sur 22 paroisses allant de St Macaire en Mauges aux Herbiers et de Treize-Vents à Evrunes
  • son église et son prieuré Saint-Pierre
    Gravure du château de Mortagne

    Gravure du château de Mortagne


Au cours du Moyen Âge s’ajouteront :

  • le prieuré St-Pierre d’Evrunes
  • l’ancienne église Notre Dame d’Evrunes
  • la maladrerie St-Jacques (alias St-Lazare pour accueillir les lépreux) édifiée vers 1219 par Guy de Thouars, baron de Mortagne, en souvenir de Constance de Bretagne, sa première épouse
  • L’aumônerie Notre-Dame créée par Eustachie de Chemillé, veuve de Guy de Thouars vers 1225 pour accueillir les hôtes de passage
  • Les maisons nobles de Treize Vents, Les Granges, Le Bois Huguet, La Plissonnière, St Martin complétant le réseau défensif

Mortagne est alors :

  • une ville administrative, siège de la baronnie
  • une ville industrielle avec ses activités de tannerie, de tissage et foulonnage, de production de farine tout au long de la Sèvre Nantaise et ses échanges vers le port de Nantes et les foires de Normandie, Bretagne et même Champagne
  • une ville agricole sur les paroisses d’Evrunes et de St-Hilaire : les terres sont en majeure partie propriété de l’église et des Hobereaux

Mortagne connut une relative quiétude jusqu’à la fin du 14ème siècle du fait des alliances de la maison de Mortagne avec celle de Chemillé : elle était alors dans la mouvance des Plantagenets.

Cette situation fut remise en cause lorsque Charles V, roi de France, entreprit l’extension de son royaume. Elle fut alors assiégée en 1373.
Imprenable malgré un long siège, pour être libérée, elle fut échangée contre Jean d’Evreux, capitaine anglais, prisonnier de du GUESCLIN.

Elle entre alors définitivement dans le giron français.

Devenue propriété des LA HAYE en 1394, cette famille, fidèle vassal du roi de France, l’assiste dans ses campagnes italiennes, elle y accueillie Louis XI en 1472.

La baronnie passe en 1498 aux MONTESPEDON : désormais les barons de Mortagne ne résideront plus dans leur château, mais à la cour.


Des noms prestigieux sont alors attachés à la ville :

  • René de MONTJEAN, maréchal de France
  • Charles de BOURBON, gouverneur du jeune roi Charles IX
  • Philippe de MONTESPEDON, dame d’honneur de Catherine de Médicis

La municipalité remercie le BRAHM (Bureau de Recherches Archéologiques et Historiques de Mortagne) pour la rédaction de cet article.